0033 (0)4 67 06 93 83

Les techniques aériennes de L’Avion Jaune apportent une vision d’ensemble de la forêt dont l’accès est souvent difficile. Le LIDAR, couplé à l’imagerie multispectrale THR enrichit les outils traditionnels en foresterie (satellite, mesures terrain…) pour la reconnaissance d’espèces, l’évaluation de dégâts, les bilans carbone…

Cartographie des peuplements et identification d’essences d’intérêt

Une orthophotographie visible permet d’obtenir une image précise et actualisée de l’étendue et de la nature du couvert forestier. Cette image permet de préparer ou compléter le travail de terrain, ainsi que de l’étendre aux zones difficilement accessibles à pied.

Outre la production d’indices de végétation (NDVI, LAI), l’accès à des bandes spectrales supplémentaires peut contribuer à caractériser les peuplements, ou permettre de détecter des essences et d’étudier l’état sanitaire des arbres.

foresterie
foresterie
Dégâts de la tempête Klaus 2009

Cartographie des dégâts

Dans certains cas, une prise de vues aériennes peut s’imposer pour localiser ou quantifier les dégâts dus à des phénomènes naturels ou à des parasites. La vision de haut permet un état des lieux rapide et exhaustif sur l’étendue des dégâts, dans des milieux parfois difficiles à arpenter à pied. La cartographie des surfaces touchées permet également de guider l’expert pour des analyses complémentaires sur le terrain.

Cette cartographie des dégâts s’avère utile après les événements suivants :

  • tempêtes, cyclones
  • inondation
  • attaque parasitaire
  • dommages météorologiques aux cultures (gel, grêle, sécheresse…)
  • dommages par gibiers (sangliers…)

L’Avion Jaune est notamment intervenu sur la forêt des Landes suite au passage de la tempête Klaus en 2009.

Modèle de canopée, estimation de biomasse et suivi de croissance

Une acquisition LIDAR permet de construire un Modèle Numérique de Terrain (MNT) sous la forêt, et d’établir un Modèle Numérique de Canopée, représentant la hauteur des arbres. Ces modèles peuvent ensuite être utilisés en foresterie, pour la planification de l’exploitation (prévision des zones exploitées, pistes de débardages), ou de mesures de gestion. Dans certains cas, les données peuvent aussi permettre de mesurer spécifiquement les hauteurs et diamètres des individus, ou encore d’estimer des volumes de bois par hectare. Des acquisitions successives peuvent être utilisées pour le suivi de la croissance des arbres.

foresterie